Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chronique d'une vie ordinaire Loin de la jeunesse dorée de Manhattan, je vous livre quelques histoires et réflexions personnelles.

Histoire de chiffres

Gossip Boy

Ou comment donner un cours de comptabilité à la comptable afin de la sauver de la crise de nerf?

J'hallucine, je n'ai pas pratiqué la comptabilité depuis 8 ans (En dehors des calculs de base et de la comptabilité journalière) et dans l'intérêt général _parce que sauver la secrétaire de mairie de la crise de nerf c'est également préserver mes propres nerfs. Vous imaginez bien que, depuis un mois qu'elle pète les plombs pour tout et pour rien, j'ai appris à rester zen. Parfois, j'ai des envies de lui en coller une. Ce n'est pas que je sois violent, c'est juste pour qu'elle arrête de criser pour des choses qui peuvent facilement être résolues_.
Il m'a fallu une matinée pour lui faire accepter le fait qu'il y a une différence fondamentale entre erreur mathématique et erreur comptable. J'ai dû lui prouver par A + B que son problème comptable n'en était pas un, puisque toutes les formules dont elle avait besoin étaient justes. Si chaque résultat était faux, c'est en raison de la règle des arrondis mal appliquée par Excel. Croyez-moi ou pas, mais cela m'a bien pris 3 heures pour lui faire comprendre ET accepter. Il nous a fallu 4 heures pour recalculer toutes ses factures, les revérifier et refaire un bordereau complet (Ce qui en définitif n'est pas la mer à boire au vu de l'importance et des répercussions de ses factures).

Je n'en peux plus. Ce n'est pas de travailler qui me fatigue, ni même de vérifier ou refaire son travail, ce qui m'épuise réellement à la longue c'est de devoir sans cesse la temporiser et la calmer afin qu'elle ouvre les yeux et perçoive qu'à chaque problème il y a au moins une solution. Elle préfère paniquer, râler, puis tourner en rond que de prendre 5 minutes pour relativiser et chercher une solution. Je n'arrive pas à comprendre ce comportement que je trouve pas du tout professionnel. A 50 ans une telle attitude me catastrophe à un point que vous ne soupçonnez pas.

Commentaires